Home news 6 conseils pour supporter et prévenir les allergies alimentaires

6 conseils pour supporter et prévenir les allergies alimentaires

0

Diversifier l’alimentation de votre bébé

>

La prévention des allergies alimentaires commence très tôt, dès la phase de diversification alimentaire chez le bébé. Les recommandations nutritionnelles sur la question ont beaucoup évolué ces dernières années. Voici les principales règles d’or à retenir :

  • La diversification alimentaire doit commencer après 4 mois révolus, et avant les six mois de l’enfant.
  • Les aliments réputés allergisants, comme le poisson, l’œuf ou les fruits à coque, doivent être introduits dès 4 mois. Si l’introduction est trop tardive, elle entraînera la production plus importante d’anticorps et donc une réaction allergique.
  • Cette recommandation est également valable pour le gluten : il faut l’introduire entre 4 et 6 mois. Une étude danoise a ainsi montré que les enfants qui commençaient à manger des produits à base de blé après 7 mois présentaient 27 % de risques en plus de souffrir de la maladie cœliaque à 2 ans.
  • Pour éviter toute réaction allergique, il est conseillé d’introduire un seul nouvel aliment à la fois dans l’alimentation de bébé. Cela permet de détecter d’éventuelles réactions allergiques.

Attention aux allergies croisées !

>

Vous êtes allergique aux acariens, au pollen ou au latex ? Prudence, car vous êtes également susceptible de souffrir également d’une allergie alimentaire. C’est ce que l’on appelle les allergies croisées. Voici quelques exemples.

  • L’allergie aux acariens est croisée avec l’allergie aux fruits de mer (crevettes, crabes, homards, langoustes…).
  • L’allergie au bouleau est croisée avec l’allergie à de nombreux fruits (cerises, abricots, pommes, pêches…).
  • L’allergie aux graminées est croisée avec l’allergie aux tomates, poivrons, arachides, pommes de terre…
  • L‘allergie au latex est croisée avec l’allergie aux bananes, kiwis, avocats…

Bannissez l’aliment allergisant de votre alimentation

>

Le premier réflexe à prendre quand on souffre d’une allergie alimentaire est de bannir l’aliment responsable de ses menus. C’est la seule manière de prévenir l’allergie de manière sûre.

Si votre allergie est clairement déterminée, éliminer cet aliment de votre alimentation va rapidement devenir un réflexe. Dans la plupart des cas, vous devrez faire une croix sur les plats préparés, et privilégier le fait-maison. N’oubliez pas, également, de prévenir vos amis ou le restaurateur chez lequel vous déjeunez.

Bon à savoir : dans certains cas, les personnes allergiques doivent continuer à consommer une toute petite quantité de l’aliment responsable, afin de réhabituer progressivement leur organisme. C’est le cas par exemple lors d’allergie à l’arachide chez les enfants. On parle dans ce cas d’ITO (induction de tolérance alimentaire), Ces protocoles se déroulent soit en milieu hospitalier, soit à domicile, sous surveillance médicale.

Vérifiez toujours les étiquettes des produits que vous achetez

>

Éliminer un aliment allergisant de son alimentation n’est pas toujours évident. En effet, cet aliment peut être présent sous de multiples formes dans les produits industriels.

À titre d’exemple, si vous êtes intolérant au gluten (maladie cœliaque), vous devrez surveiller attentivement la composition d’un certain nombre de produits.

  • Le jambon blanc peut être cuit dans un bouillon contenant de l’amidon.
  • Les aliments panés (poisson, volaille…) sont bien sûr interdits, car ils contiennent de la farine de blé.
  • Les fruits secs sont parfois enrobés de farine : vérifiez-le sur l’étiquette.
  • Les bouillons cubes ou concentrés peuvent contenir des protéines végétales hydrolysées, qui sont à bannir quand on est intolérant au gluten.
  • Les bonbons industriels sont également nombreux à contenir des dérivés de gluten.

Bon à savoir : certains cosmétiques contiennent eux aussi du gluten, de manière plus ou moins cachée. S’il est évident de le repérer dans les shampooings « aux protéines de blé », c’est plus difficile pour la vitamine E par exemple, qui peut elle aussi être tirée du blé. Ils sont à bannir car l’intolérance au gluten se manifeste également en cas de contact cutané avec le produit en contenant.

Informez la cantine de votre enfant

>

En cas d’allergie alimentaire avérée chez un enfant, la mise en place d’un PAI (plan d’accueil individualisé) est indispensable afin que l’enfant puisse manger à la cantine en toute sérénité. Il est co-signé par le médecin scolaire, la direction de l’école, le médecin traitant et la famille.

Il existe différents cas de figure, qui dépendent de la nature et de la gravité de l’allergie.

  • En cas d’allergie « simple », l’aliment allergisant est remplacé par un autre aliment.
  • Certaines sociétés peuvent proposer à l’enfant un menu spécifique sans allergènes, en accord avec les recommandations du médecin.
  • Dans les cas d’allergies les plus graves, l’enfant a la possibilité de manger à la cantine un panier repas préparé par ses parents à la maison.

Nettoyez bien vos ustensiles de cuisson

>

Éliminer de ses menus les aliments allergisants est une mesure incontournable, mais souvent insuffisante. En effet, la contamination peut également se faire de manière indirecte, via un ustensile de cuisine mal lavé par exemple. Certaines règles d’or permettent d’éliminer ce risque.

  • Utilisez des ustensiles de préparation et de découpe différents pour préparer les repas destinés à la personne allergique.
  • Veillez à bien nettoyer votre vaisselle, de préférence au lave-vaisselle.
  • Réchauffez toujours séparément les plats d’une personne allergique. En effet, certains allergènes peuvent se trouver dans la vapeur et contaminer le plat d’à-côté.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Quitter la version mobile